8.2.15

The Beehive


Toile de 146 x 114 cm, technique et médium mixte, et réalisée aujourd'hui 8 Février 2015.

Lors de mes visites de jeune adolescent au Musée des Beaux-Arts de Nantes, l'oeuvre qui me faisait le plus vibrer, et qui m'a indéniablement marqué au fer rouge, c'est le tableau de Martial Raysse intitulé "la belle mauve".

 Je me souviens y être allé plusieurs fois juste pour le plaisir de le contempler. On y vois une photographie de femme grand format en noir et blanc "colorisée"; Un plumeau lui est collé dans l'oeil droit, un baiser minuscule (échelle humaine) au rouge à lèvre est posé sur le coin de sa bouche:

Mon tableau, lui, est un hommage, ou plutôt une réminiscence de cette fascination de jeunesse: On y voit un buste de femme à la choucroute extravagante, ruche en anglais: Beehive; C'est ainsi qu'on appelle ce chignon typiques des sixties qui rapelle un nid d'abeilles.
Elle se tient de trois quarts profile, les yeux clos, l'air serin, presque amusée. Ce n'est qu'un prétexte, une base qui sert de support à un gribouillage abstrait qui la recouvre presque entièrement.

La composition abstraite fait référence aux dessins de la petite enfance, lorsqu'on n'a pas peur de dépasser les bords du modèle à colorier, et qu'on ose peindre le soleil en rose ou le gazon en orange, juste avant que tout soit gâché, bien rangé dans des cases de clichés et de règles, de soleils jaunes et de spontanéités empoisonnées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Visiteurs